jeudi 6 juillet 2017

LE TANGO DU TIRE-BOUCHON

Ça y est ! La fête est finie. Les concerts sont donnés. Nous avons conclu cette
Belle saison, riche en souvenirs, par les agapes convenues de la petite fête donnée en l’honneur de nos deux chefs de chœur ; Véronique et Jérôme. Comme de coutume, ils ont bien été gâtés ! Jugez plutôt !
Véronique a reçu un bel olivier dans un magnifique pot en céramique très bariolé de couleurs vives. Bon ! La cueillette des premières olives n’est pas pour demain. Il faudra quand même attendre un certain temps pour les avoir à l’apéro !

Quant à Jérôme, alors là ? Connaissant sa « grande » consommation œnologique, on ne pouvait pas faire moins que de lui offrir un ustensile propre à faciliter celle-ci.
On lui a donc offert un tire-bouchon, mais « électronique », s’il vous plaît ! Ah mais ! Malgré tout, pour être tout à fait « geek », il  lui manque  la WiFi et la prise USB pour être connecté sur le « ouèbe » ! Notre chef l’a d’abord pris pour une poivrière électrique et même une lampe torche éclairante! On lui pardonne volontiers ; c’est un artiste ! Le voilà paré pour des dégustations bachiques entre potes à lui ! Car j’allais oublier qu’il a reçu une magnifique bouteille d’un cru renommé. Sans oublier le « ouisqui » japonais ! Si ! Si ! Ça existe, le « ouisqui » japonais. Il paraît qu’il est même meilleur que celui des écossais ! Un comble ! Je ne me prononcerai pas à ce sujet, n’ayant aucune compétence en produits pharmaceutiques. Toutes ces dames avaient préparé de merveilleuses agapes, comme d’habitude. Pour ma part, j’étais un peu triste de l’absence de quelques bons choristes de mes amis. C’est aussi pour eux que je fais le récit épicurien de cette soirée.
Après ça, Jérôme nous a annoncé la bonne nouvelle ! Nous allons danser le tango, l’année prochaine ! Il faut tout de suite tempérer votre enthousiasme ; c’est une messe ! Et en latin !
On n’arrête pas le progrès ! C’est « La messe Tango » de Martin Palmeri.  D’ailleurs, Françoise vous a fait une petite bafouille à ce sujet qu’elle vous a envoyé par courrier.
Et puis, désormais, par votre beau destrier « gogole » vous pouvez avoir toutes les informations nécessaires sur internet.
Sur ce, je vous souhaite à tous de bonnes vacances, (qui doivent être bien entamées pour certains et certaines) et à la rentrée !
 « Moi, je suis tango, tango …..hips ! A la tienne, Etienne…. ! »

lundi 19 juin 2017

…A LA CHASSE AUX PAPILLONS !



Georges Brassens nous avait écrit une jolie petite chanson à ce sujet. Je vous donne le lien de la vidéo pour celles et ceux que cela intéresserait. Alors, j’entends déjà d’ici, les interrogations, encore une fois, plus ou moins malveillantes au sujet de ce titre. Mais qu’est-ce ça vient fiche dans le blog de notre chorale ? J’aurais pu écrire autre chose que « fiche » mais je préfère ménager la sensibilité chatouilleuse de mes lectrices. Ça y est ! Le vieux perd ses boulons ! Comme il arrive souvent à cet âge, un court-circuit dans ses neurones usés a dû se produire accidentellement.  Pas du tout ! Bande de médisants ! Car mes « papillons » ne sont pas ceux que l’on voit voleter gracieusement dans la campagne ensoleillée, par une belle journée d’été, non ! Mais ceux, vestimentaires et chics, que l’on nomme plus vulgairement « nœud pap ». Et quand je parle de « chasse » c’est bien de cela  dont il s’agit, quand on recherche un objet rare et dispendieux pour satisfaire les caprices « artistiques » d’une certaine prof de chant. Celle-ci veut à tout prix que l’on chante en chemise blanche et nœud papillon « rouges » ! Déjà que ces ustensiles de mode sont rares en noir, mais alors en rouge ? Je ne vous en cause pas !  Il faut dire que j’avais eu l’imprudence d’accepter le rôle de supplétif mâle dans une classe de chant où l’on manque très cruellement de denrées nourries à la testostérone. Si vous voyez ce que je veux dire, sans être obligé d’insister lourdement ? Or donc, me voilà lancé dans tous ces magasins de fringues qui me sortent par les yeux, tellement je déteste toutes ces montagnes vaniteuses et coûteuses de tissus et d’objets futiles. Je cherche désespérément partout cet accessoire de mon futur uniforme de loufiat pour pince-fesses mondains, afin de ne pas gâcher la fête du concert de ce soir, et de satisfaire « Mâdâme » la prof de chant. Des kilomètres de rayons de soutiens-gorge, de soutifs, de fanfreluches, de costards, de slips de bain, de chapeaux, de ceintures, de cravates, etc…   Enfin j’en trouve un ! Mais à quel prix ! Et comme la plaisanterie ne s’arrête pas là, il faut que j’en achète un supplémentaire pour le ténor de service. La mission « impossible » est enfin remplie.
Vous croyez que l’aventure « papillonesque » s’arrête là ? Bande de naïfs ! Elle ne fait que commencer.  Car voilà le « drame » qui se joue dans nos calebasses surchauffées ; d’un côté, nous devons commencer le concert en chemise blanche et nœud pap, pour faire les « beaux » avec ces « dadames », et de l’autre on poursuit au sein de notre chorale, mais cette fois-ci tout en noir, avec une chemise noire. Youpi ! Vous voyez le topo ? A un moment donné, il va nous falloir jouer les « Fregoli » ! C’est incontournable ! Quoi ? Vous ne connaissez pas « Fregoli » ? Et wikipédia ? C’est fait pour les chiens ? Fregoli est le précurseur lointain d’Arturo Braquetti. Quoi ? Toujours rien ? Alors là, vous vous démerdez !  Bon, comme nous sommes des « cerveaux », on se dit que la meilleure solution c’est d’amener notre chemise noire avec nos affaires et nos partoches. On la mettra dans un coin discret, le moment venu. Sauf qu’il faut encore le trouver, ce coin…discret ! Ce n’est pas évident, dans une église pleine de mélomanes attentifs.
Le soir arrive. Il fait beau et chaud. L’église de Moissy est fraîche et accueillante. Les filles de la classe de chant et nous, on s’est déjà échauffé dans l’école du Noyer Perrot. Nos petits copains et copines de la chorale le font de leur côté sous un chapiteau blanc à l’entrée du bâtiment.
Le concert commence par nous, avec nos belles chemises blanches et nos « nœuds » cramoisis par le bonheur de se trouver au milieu d’une si belle assemblée. Tout se passe bien. Sauf qu’il nous faut attendre le passage de toutes nos copines chanteuses, vu que nous concluons le passage de l’école de chant par un « alléluia » endiablé (ce n’est peut-être pas tout à fait le terme à employer dans une église, mais on fait ce qu’on peut !). On patiente ! On patiente ! Pendant ce temps-là, je repense au coin que nous avons trouvé pour nous changer. Il est parfait ! Il nous cache bien de la vue des spectateurs. Mais j’aperçois une porte, et je dis à Christian que ce serait bien de nous changer dans une pièce fermée, bien isolée. On ouvre la porte et on se retrouve….dans le chœur de l’église ! Aïe ! Heureusement que nous nous en apercevons tout de suite. Vous imaginez la scène ? Nous, débarquant, torses nus, au milieu du chœur, pour nous changer ? Certaines coquines auraient pu se réjouir d’apercevoir ainsi, des anatomies masculines avenantes, en inspirant chez elles certaines pensées que la morale chrétienne réprouve. Mais la vérité nous oblige à croire en un autre scénario moins glorieux. On aurait vu d’ici les titres des journaux : « deux dangereux exhibitionnistes sèment la panique dans un paisible lieu de culte ! »  On a donc échappé à la catastrophe de justesse !
Quand arrive notre dernier morceau de bravoure, je me précipite vers le choeur, mais retenu par la main ferme de Christian, je me rends compte d’un détail épouvantable ; dans mon élan, je n’ai pas vu que j’avais accroché le cintre de ma chemise noire et qui me battait ainsi, l’arrière train d’une manière scandaleuse ! Ah ! Il s’en passe des choses, dans les coulisses ! Si vous saviez !
Je vous rassure. Tout s’est bien passé ! L’alléluia a été, disons, à peu près bien interprété par les basses. Alors on s’est vite précipité derrière notre pilier pour échanger nos chemises.
Le Magnificat était sauvé ! D’ailleurs, il a été très beau, bien joué et très émouvant. Je trouve, personnellement, qu’il a même été mieux interprété qu’à Savigny ! Peut-être le sentiment des « derniers feux » et qu’une grande aventure lyrique s’achevait ainsi. Nous avons eu droit  à un « bis » du Gloria. Il y a même un « ravi de la crèche » qui a poussé un « bravo » un peu décalé, mais tout de même, très sympathique. Il faut dire, que quelques minutes auparavant, Monsieur le curé lui avait dit de remettre son t-shirt sur son torse nu. D’accord, il faisait chaud dehors ! Mais pas dans l’église ! Et ce pauvre garçon risquait de s’enrhumer.  Décidément, c’était la « valse des torses nus », ce soir là !
Pour terminer sur une note plus calme et plus sereine, je constate que nous avons bien rempli notre « contrat ». Encore une fois, Véronique et Jérôme ont su, grâce à leur grand professionnalisme, mais aussi grâce à leurs grandes qualités humaines, de patience et même d’humour, porter les simples amateurs, parfois peu doués que nous sommes, vers des sommets de bonheur que procure l’art lyrique. Ils ne faut pas oublier les très talentueuses solistes, professionnelles ou amatrices que nous avons eu le plaisir d’entendre. Certaines promettent beaucoup et sont même très…..charmantes ! Hum ! Oups ! Ma femme risque de me lire, je ne vais donc pas insister !
Je ne peux terminer sans faire un clin d’œil malicieux à Véronique, notre cheftaine de chœur de Savigny, car il me revient, à son sujet, le refrain d’une jolie chanson d’une chanteuse complètement oubliée (c’est vous dire si je suis un vieux kroum !) Colette Deréal :

Véronique, si je te dis ça
Il ne faudra pas me croire
Non, y ne faudra pas
(Lettre à Véronique, refrain) 

En vous souhaitant à toutes et à tous de bonnes et reposantes vacances.


 LA CHASSE AUX PAPILLONS





dimanche 11 juin 2017

C’ETAIT……..MAGNIFICAT !



Bon ! Mettons les choses au point tout de suite ! Les « ceusses » qui auraient la sombre envie de polluer l’air que je respire, de me courir sur la prostate, de me dynamiter mon enthousiasme d’écrivain, en pensant que ce titre est trop facile, trop simpliste, n’ont qu’à en trouver un eux-mêmes !
Nous avons enfin pu nous exprimer sur cette œuvre magnifique, après des mois de répétitions acharnées. La petite église du vieux bourg de Savigny-le-Temple nous a accueilli avec beaucoup de générosité, même si sa nef n’a pas la taille de celle de la basilique Saint Pierre de Rome ! Nous n’y étions pas à l’étroit. Nous y avons retrouvé une acoustique due à cet endroit particulier et que nos répétitions, dans nos locaux modernes, ne nous y avaient pas habitués.
Mais que c’était beau ! A mon avis, des musiciens aussi géniaux que notre « prêtre roux », c'est-à-dire Vivaldi, devaient parfaitement le savoir, et sa Venise natale ne manquait pas d’édifices religieux pour y expérimenter sa musique. Si la majorité d’entre nous est arrivé à bon port, comme on dit, ce qui est une expression d’une absurdité colossale, vu que nous sommes à des centaines de kilomètres de tout ce qui peut ressembler à un océan ou à une mer, « certaines », dont on ne révèlera pas l’identité par prudence, et par galanterie, ont eu quelques difficultés pour y arriver à ce….port !
Après un échauffement rapide en plein « cagna » mené par notre Jérôme national, ce qui est un vrai scandale pour les « professionnels » que nous sommes, on s’est vite réfugiés dans la fraîcheur bienveillante de notre petite église.
Là, il faut bien parler d’une vilaine déception qui nous taraudait la « calebasse » depuis quelques temps déjà. Si ! Si ! Il faut en parler ! Alors qu’un confort douillet et légèrement égocentrique nous avait habitué à chanter entre nous, bien peinard, bien tranquille,  il a fallu s’apercevoir, avec un certain désagrément, et déjà aux répétitions, que notre « vedettariat » serait partagé avec des solistes.  D’accord ! Elles chantent bien! Il ne manquerait plus qu’elles aient des voix de  crécelles enrouées et qu’elles chantent comme Catherine Frot dans « Marguerite » ! Paraît que c’est dans l’œuvre et qu’on ne peut pas faire autrement.
Donc, il a fallu…. partager ! Mais le spectacle a quand même été réussi, malgré tout. Notre chef lui-même en a été très satisfait. Nous avons eu droit à notre lot d’applaudissements bien nourris par un public qui n’a pas été celui de Johnny au Stade de France ! Il ne faut pas rêver !
Déjà que dans les supermarchés et les gares on diffuse maintenant du « classique » pour faire fuir les voyous et les SDF, il ne fallait pas s’attendre à chanter à guichet fermé.
Mais, au moins, notre public a été chaleureux et enthousiaste.
Bon ! Il paraît qu’il faut recommencer « l’exploit » la semaine prochaine à Moissy, et toujours dans une église. Tout le monde sur le pont…et à bon port !
PS. J’ai fait un enregistrement sonore pirate que je mettrai en secret, avec mot de passe sur notre site. Comme ça, ceux qui ne seraient pas intéressés pourront aller se faire voir chez les Grecs, surtout qu’en ce moment, ça ne va pas fort chez eux !

dimanche 15 janvier 2017

LA GALETTE DES CHORALES

Les plus distraites, et distraits, de mes petits camarades auront remarqué ce pluriel très….singulier ! De plus, le titre du blog a changé pour bien montrer notre parfaite collaboration avec nos camarades de Savigny-le-Temple. Oui ! il m’a été rapporté que j’aurais eu une tendance néfaste, et un peu égocentrique, à ne parler que de la chorale de Moissy. Loin de moi, cette funeste disposition, dans mon esprit.
Déjà, ce blog avait été initié quand nous « voguions », seuls, à Moissy,  sur les flots de l’art lyrique. Et comme je pensais que Savigny avait déjà son propre site, « les élans du chœur », donc, ses « webmestres » à eux, je ne voulais surtout pas faire de la concurrence déloyale.
Bref, ceci étant résolu, passons au sujet principal ; la galette ! La galette ! La galette !
Je vous préviens tout de suite ; je la veux, cette fève ! Pour une fois que je pourrais me faire couronner « roi » ! Ne précisez pas mon royaume, sinon, je vais me fâcher ! Et puis comme ça, je pourrai désigner ma reine ! Ah ! Ah ! Le choix sera dur ! Je le sais !
Donc, jeudi prochain, le 17, nous aurons droit à une belle galette des rois…et des reines !
Je vous mets en copie l’email de Françoise. Même si vous l’avez déjà reçu, cette information pourra ainsi atteindre ceux qui n’ouvrent jamais leur courrier ! Y en a ! Si ! Si !

« JEUDI 19 JANVIER 2017  avec nos Chefs et  après le cours,  pour célébrer le début de l'année  l'Association des Elans du c(h)oeur, qui malheureusement doit clore ses comptes pour arrêt définitif, nous offre LA GALETTE DES ROIS et le cidre - (rien à apporter et à faire).
UN GRAND MERCI à Marie-Jo, Nadine, Janine qui, au travers de cette association, nous a épaulé dans différentes actions, comme les achats des costumes, cadeaux, partitions etc...., elles se sont vraiment bien investies.
C'est avec plaisir et convivialité que nous partagerons tous cette galette des rois si gentiment offerte.

Bises - Françoise.

samedi 7 janvier 2017

BONNE ANNÉE 2017

Tous mes vœux de bonheur pour cette année qui nous réserve son lot de surprises et de joies, comme tous les ans !
« Lazare ressuscité des morts » !
Je ne voulais pas donner ce titre à mon message. Déjà, parce que cela aurait fait un peu « grandiloquent », et surtout parce que je ne suis pas mort. Bien qu’un gros rhume et une bronchite sont venus me terrasser en pleine « jeunesse ». Mais heureusement…(non il n’y a pas « Findus », malgré le froid), je me suis fait vacciné contre la grippe pour la première fois de ma vie. Une belle réussite, comme vous pouvez le constater !
Bref ! Assez parlé de moi ! D'après ce que j’ai compris, les affaires reprennent ! Je vais continuer à mettre les extraits de nos répétitions sur le site. Comme je fais des progrès en informatique, il sera de plus en plus beau. Je vais m’attacher à faire revivre nos « archives » . Il est quand même dommage que tous les concerts et que toutes nos prestations n’aient pas une sorte de « musée » où chacun et chacune pourra y retrouver des souvenirs « glorieux »  visuels et sonores.

Donc,  au plaisir de vous revoir bientôt. Mes potes des basses n’ont qu’à bien se tenir ; je vais continuer de « brailler » parmi eux ! 

mercredi 28 septembre 2016

LEVER DE RIDEAU SUR LE NOUVEAU SITE



Comme promis, je suis en train de peaufiner la mise en place de mon nouveau site de la chorale. Plusieurs nouveautés à signaler. Le changement du nom de domaine qui passe de :
« choristes-moissy.fr »  à  « www. choristemoissy.fr » Mais ne vous précipitez pas, j’ai encore quelques soucis avec mon hébergeur qui n’a pas encore activé mes services.
Ceci ne m’a pas empêché de refondre entièrement le site avec une nouvelle présentation.
Autre nouveauté qui va en rassurer quelques uns…ou unes, certaines pages ne seront accessibles que par mot de passe. Notamment, la page des répétitions hebdomadaires qui sera ainsi réservé uniquement aux choristes inscrits.
Pour finir, je vous mets quelques images des maquettes des pages. 


La page d'accueil: mais la photo de groupe est susceptible de changer
Page de nos répétitions 

Page de l'Agenda 

vendredi 16 septembre 2016

MAGNIFICAT.....LA RENTREE!



Ben ouais ! Il nous a fallu faire notre rentrée, comme tous les écoliers de France et de Navarre. Le forum des associations nous a permis de faire quelques recrues, en espérant qu’elles persévèreront dans cette discipline rigoureuse. Alors, nous allons quitter Mozart et Bizet pour adopter Vivaldi, et retrouver Fauré.
C’est ainsi que nous avons découvert le Magnificat du «Il Prete rosso ».  Car je signale que ce grand compositeur était prêtre, et même un peu rouquin sur les bords, pour ceux qui n’auraient pas été capables de comprendre l’italien.
Ensuite, nous allons aussi chanter « les djinns » de Gabriel Fauré sur un poème du grand « Totor » dit Victor Hugo. Poème, que dans une grande envolée lyrique, notre vénéré Maestro nous a fait l’honneur de déclamer en entier, pour notre plus grande joie.
Il ne faut pas oublier, dans ce beau tableau lyrique, le concert que nous allons donner à Chaumes en Brie, avec nos collègues de Combs-la-Ville, pour l’inauguration de l’orgue teuton de l’église du village.
Enfin, j’ai trouvé sur le « ouèbe » une vidéo très instructive sur le Magnificat et sur les Djinns dont je vous fournis les liens.
Je vous signale enfin que je suis en train de retrouver un hébergement pour le site de la chorale. Je vous tiendrai au courant pour vous signaler le jour où il redeviendra opérationnel.
Amitiés choraleuses…mais presque !