mardi 6 novembre 2018

LE CHANT DU DÉPART

Après plus d’une décennie de « bons et loyaux » services dans l’art de la chorale, j’ai décidé de prendre une retraite définitive. Je sais d’avance que je vais faire de la peine à quelques-unes et à quelques-uns, mais ma décision est irrévocable. Je la prends sereinement, sans amertume sans aucun reproche envers qui, ou quoi que cela soit. Je la prends pour des motifs de convenance strictement personnels. Votre nouveau chef de chœur, Julien est un garçon très sympathique, dynamique et très professionnel. Je suis sûr, qu’avec lui, vous allez faire de belles choses, de beaux concerts. Pour ma part, je garderai un souvenir ému de toutes ces grandes joies musicales que m’a donné le chant choral. J’ai connu l’ivresse émotionnelle des représentations sur scène , en participant à des opéras, et à des opérettes, dans des concerts mémorables se déroulant dans des salles prestigieuses. J’ai tenté d’en faire le récit dans mes nombreux blogs, pour étoffer encore un peu plus le plaisir que j’y ai pris, avec plus ou moins de succès. Le plaisir était surtout pour moi, (égoïstement!) et j’espère aussi, pour quelques-uns. Malheureusement tout a une fin.
Vous ne me verrez donc pas à la prochaine répétition de Savigny. J’espère que mes copines de chant trouveront facilement un autre chauffeur pour le covoiturage. C’est pourquoi, je vous envoie ce message avec quelques jours d’avance.
Pour ce qui est de mon site et de mes blogs, j’en fais la sauvegarde dans mon PC. Mais comme l’abonnement de son hébergement me coûte un peu, je vais aussi mettre fin à sa diffusion en ligne.
Je souhaite bonne chance à toutes mes copines et copains de la chorale. Il est évident que je les retrouverai avec plaisir quand viendra le temps béni des représentations de leur travail au printemps prochain. Je souhaite bon courage à Julien, et qu’il me pardonne ma « reddition » en rase campagne.
Que mes potes mâles ne m’en veuillent pas trop non plus, mais ma solitude de ces dernières représentations a trop pesé sur mes épaules d’introverti pathologique.
J’aurai une pensée émue pour notre cher Jérôme qui eut le talent incroyable de faire, avec une bande d’amateurs plus ou moins doués, une chorale presque professionnelle. Il nous a donné ainsi le privilège inouï de chanter (entre autres) des œuvres majeures comme le « requiem de Mozart » ou le « Te Deum de Dvorak ». Une pensée pour Laure et sa petite Louise que j’espère revoir un de ces jours.
Je vous embrasse toutes et ..(non pas tous!) et je vous souhaite de bonnes aventures musicales.

Gérard

PS « Chant du départ » ; à ne pas confondre avec un certain chant patriotique révolutionnaire.
Et je mets ce texte aussi sur le blog « les joyeux choristes de Moissy »